CORONAVIRUS ET BIOLOGIE MEDICALE : PLUS DE QUESTIONS QUE DE RÉPONSES

CORONAVIRUS ET BIOLOGIE MEDICALE : PLUS DE QUESTIONS QUE DE RÉPONSES
Catégorie : Point de vue

Dans cette période trouble où les patients et nos confrères cliniciens nous posent énormément des questions, il nous a semblé utile de faire un point sur 5 des principales problématiques abordées et des réponses que nous essayons d'apporter, avec toutes les reserves d'usage compte tenu des incertitudes régnant au niveau scientifique et des politiques de santé :

- Pourquoi le personnel des laboratoires n'est-il pas systématiquement équipé de masques chirurgicaux alors qu'il accueille des personnes potentiellement infectées? Tout simplement par que le personnel de laboratoire (secrétaires, préleveurs, techniciens) n'a pas été désigné comme prioritaire et destinataire de masques de protection par le ministère de la santé. Une fois les réserves épuisées, les biologistes médicaux ont été contraints de choisir entre refuser d'accueillir les patients ou de les accepter au risque d'exposer les personnels à la contamination. L'absence d'équipement de protection individuelle adaptée dans les laboratoires rend également impossible la réalisation des prélèvement dans les structures de ville et le dépistage de masse. En espérant que les stocks stratégiques ne seront pas épuisés avant nos effectifs...

- La recherche de virus par RT PCR dans les prélèvements respiratoires est-elle le seul test pour confirmer le diagnostic? Actuellement elle est le seul utilisé et recommandé par les autorités sanitaires. On peut également retrouver le virus dans les selles (environ dans 30% des cas) et de façon beaucoup plus rare dans le sang. On nous demande souvent si on peut faire le diagnostic avec "une prise de sang". Si des tests sérologiques existent et ont été utilisés en Chine, ils ne se positivent que quelques jours après le début des signes (3 à 5 jours au mieux) et sont moins fiables que la RT-PCR avec environ 20% de "faux-négatifs".

- Les techniques de RT-PCR sont-elles toutes les mêmes et fiables à 100%? Non, elles présentent des différences essentiellement dus aux cibles que les fournisseurs de réactifs et/ou les autorités sanitaires ont choisi pour rechercher le virus.
En France,les réactifs doivent avoir au moins 2 cibles pour être utilisées par les laboratoires. La fiabilité diagnostique est très bonne mais le 100% est illusoire en médecin et en biologie et une erreur est toujours possible. Elle peut dépendre du test mais plus encore du prélèvement qui ne serait pas correctement réalisé. C'est pourquoi un patient n'est considéré comme guéri que s'il a abtenu 2 résultats négatifs à 48h d'intervalle.

- Pourquoi ne réalise-t-on pas plus de tests? Les pouvoirs publics ont adopté une stratégie de dépistage ciblée plutôt qu'étendue et depuis le passage en phase 3, les indications du dépistage ont été encore réduites en dehors de l'hospitalisation : Professionnels de santé, 3 premiers cas en EHPAD (ou ES pour personnes fragiles), donneurs d'organes, de tissus ou cellules souches hématopoïétiques. Il est difficile de savoir si cette stratégie a été choisie ou subie du fait de la pénurie d'équipements et de réactifs. En tous cas ce n'est pas celle qu'avait choisie des pays tels que la Corée du Sud ou Singapour qui ont réussi à endiguer efficacement et précocément l'épidémie avec des dépistages de masse.

- Le virus présente-t-il un risque important de mutation? Le risque est considéré comme "intermédiaire" par les virologues. Il s'agit d'un virus à ARN, mais il a la particularité de possèder un mécanisme de réparation partielle de son ARN
qui le rendrait moins "adaptatif" que d'autres tels que le HIV. Par rapport au virus originel de Décembre 2019, une mutation au moins a été identifiée (avec 2 groupes actuellement L et S sans qu'on puisse leur attribuer de différence de virulence)

Les biologistes médicaux restent comme les autres professionnels de santé très mobilisés pour aider au dépistage mais aussi répondre du mieux possible aux questions légitimes que nous posent nos patients et confrères afin de limiter la propagation de l'épidémie sans accentuer le sentiment d'angoisse et de confusion régnant actuellement.

Ref : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cp_covid-19-strategie_de_gestion_et_d_utilisation_des_masques_de_protection.pdf
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/arbre-simplifie-pec-patient-covid-19.pdf
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19_doctrine_ville_v16032020finalise.pdf 
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide-covid-19-phase-epidemique-v15-16032020.pdf 
Cerba live ssesion 8 : Prise en charge biologiqe du coronavirus
Arrêté du 16 mars 2020 portant divers mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19

Jean-Michel Vialle (Labinterpret), Médecin Biologiste
‹ Retour aux actualités

Pour installer l’application sur votre iPhone, cliquez sur l’icône et "Ajouter à l’écran d’accueil"