INTERPRETER LE BILAN D'HEMOSTASE EN CAS DE CIRRHOSE

INTERPRETER LE BILAN D'HEMOSTASE EN CAS DE CIRRHOSE
Catégorie : Actualité scientifique et médicale

La cirrhose du foie est une maladie de constitution progressive entraînant des anomalies anatomiques et fonctionnelles importantes. La plupart des facteurs de la coagulation des facteurs inhibant la coagulation étant fabriqués par le foie, il est logique d'observer des perturbations des bilans d'hémostase chez les patients cirrhotiques. Néanmoins, on constate paradoxalement que les anomalies des bilans de coagulation ne sont pas corrélées directement au risque hémorragique ou thrombotique. En effet un équilibre relatif s'établit fréquemment entre le risque de saignement et le risque de thrombose, et ce, à chaque étape de la coagulation :

  • Pour l'hémostase primaire, la baisse des plaquettes due à la séquestration splénique est compensée par l'augmentation du facteur von Willebrand.
  • Pour l'hémostase secondaire la diminution du taux des facteurs de coagulation (V, VII, IX, X et du fibrinogène) est compensée par la diminution du taux d'anti thrombine III et des protéines C et S ainsi que l'augmentation du taux de facteur VIII.
  • Pour la fibrinolyse, l'augmentation du taux de tPA est compensée par la baisse du taux de plasminogène.

Ainsi, le biologiste et le médecin ne doivent pas s'alarmer de façon excessive en cas d'anomalie modérée du bilan de coagulation classique (TP abaissé, TCA allongé, plaquettes diminuées, fibrinogène abaissé).
Sauf en cas d'anomalie très importante du bilan de coagulation en particulier en cas de cirrhose au stade avancé (TP inférieur à 30 %, TCA supérieur à deux fois le témoin, plaquettes inférieures à 50 000, fibrinogène inférieur à 1 g/l) la plupart des épisodes hémorragiques sont liés à l'hypertension portale et à la rupture des varices hémorragiques.
D'autres facteurs exogènes tels que les gestes invasifs sont également à risque, en particulier en cas d'anomalie importante des tests biologiques.

Le risque de thrombose, en particulier de la veine porte, est augmenté mais difficilement prévisible.

En fait les anomalies du bilan d'hémostase renseignent beaucoup plus le clinicien sur la gravité de la cirrhose et de l'insuffisance hépatocellulaire que sur le risque hémorragique ou thrombotique qui doivent être appréciés en fonction du contexte clinique ou thérapeutique immédiat.

Réf : les feuillets de biologie N°350 octobre 2019

Jean-Michel Vialle (Labinterpret), Médecin Biologiste
‹ Retour aux actualités

Pour installer l’application sur votre iPhone, cliquez sur l’icône et "Ajouter à l’écran d’accueil"