LA PRESTATION DE CONSEIL DU BIOLOGISTE PRECIEUSE DANS LA PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE C

LA PRESTATION DE CONSEIL DU BIOLOGISTE PRECIEUSE DANS LA PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE C
Catégorie : Point de vue

A l’heure où l’hépatite C devient une maladie curable dans la quasi-totalité des cas, le dépistage devient une priorité pour que les nombreux patients non diagnostiqués puissent bénéficier de traitements efficaces.

Malgré tout, même en cas de dépistage positif, le suivi est souvent déficient. Une étude récente montre qu’une quantification de l’ARN viral n’est pas toujours demandée après la découverte d’une sérologie positive pour l’hépatite C (VHC). Des auteurs ont voulu en rechercher les raisons puis ont évalué l’intérêt de faire apparaître un message automatique pour la prescription d’une charge virale sur les comptes rendus de résultats.

Entre octobre 2011 et septembre 2014, ont été recueillis 41 403 tests de détection des anticorps du VHC correspondant à 34 073 sujets.

Parmi eux, 870 (2,55 %) patients avaient une sérologie VHC positive. Un certain nombre ont été exclus : charge virale déjà réalisée, âge < 2 ans, patients perdus de vue et patients décédés pendant la période de suivi. Au final, 423 patients dont la sérologie anti-VHC était positive ont été inclus Au cours d’un suivi médian de 57,0 mois 159 patients (37,6 %) n'ont pas eu de quantification de l’ARN viral

La majorité de ces patients (79,2 %) étaient suivis en médecine générale tandis que 45,8 % des patients anti-VHC positifs ayant eu une charge virale (n = 264) avaient été vus par des spécialistes en milieu hospitalier.

L'absence d'antécédents de toxicomanie, le manque de soutien social et un diagnostic de sérologie VHC positive dans un contexte de médecine générale étaient plus fréquents dans le groupe où la charge virale n’avait pas été mesurée.

L’absence de charge virale est aussi plus souvent observée chez les patients dont les transaminases sont normales. Les auteurs supposent que certains pensent à tort qu’un taux de transaminases normales est synonyme d’absence d’infection active et de lésions hépatiques.

A partir de ce constat, les auteurs ont mis en place un message d’alerte automatique sur les comptes rendus de résultats : "L'OMS et les directives actuelles recommandent de mesurer la charge virale et d'adresser ce patient à un spécialiste".

L'impact de l'intervention a été évalué dans la cohorte pré-alerte (octobre 2011-septembre 2014) et dans une cohorte post-alerte (octobre 2014-septembre 2015). Après message automatique, le taux de recherche de l'ARN viral a augmenté de 15 % passant de 62,4 % à 77,7 %

En conclusion, des messages simples et clairs améliorent la prise en charge des patients, ce qui montre que les biologistes médicaux ont un rôle de conseil important à jouer auprès des cliniciens.

C’est ce rôle de prestation de conseil que Labinterpret permet aux biologistes d’endosser chaque fois que la situation suggère qu’un complément d’information au médecin ou au patient améliore la prise en charge médicale.

Ref : Morales-Arraez D et coll. Predictive factors for not undergoing RNA testing in patients found to have hepatitis C serology and impact of an automatic alert. J Viral Hepat., 2019; 26(9):1117-1123. doi: 10.1111/jvh.13122.

Jean-Michel Vialle (Labinterpret), Médecin Biologiste
‹ Retour aux actualités

Pour installer l’application sur votre iPhone, cliquez sur l’icône et "Ajouter à l’écran d’accueil"